Le Pionnier en protection juridique

Grave accident lors d’un voyage aux Etats-Unis

La période des vacances est généralement considéréecomme un moment de détente et de plaisirs,période pendant laquelle on n’hésite pas à goûter à la gastronomie du coin, à découvrir de nouveaux horizons et à s’imprégner de nouvelles cultures.Mais il peut aussi arriver qu’un séjour à l’étranger prenne une tournure tout à fait différente…

C’est ce qui est malheureusement arrivé à Eric C., un étudiant en logistique de 18 ans, qui, au mois de juillet, était parti avec un ami pour un voyage de deux semaines aux Etats-Unis pour rejoindre la tante de ce dernier vivant dans la contrée de Salt Lake City. À mi-voyage, le mauvais sort s’est abattu sur eux. Alors qu’ils effectuaient un minitrip en voiture, celle-ci fut percutée par une autre voiture. Vu la violence du choc, Eric, passager, et son ami furent transportés d’urgence à l’hôpital où Eric dut subir une opération de plusieurs heures pour une vilaine fracture au bras gauche. Il va sans dire que cet accident mettait fin prématurément à leurs vacances.

 

La prise en charge du sinistre.

Les parents d’Eric, très inquiets, ont pris contact avec leur courtier et lui ont posé énormément de questions. Que faire maintenant ? Qui peut nous aider ? Notre fils est-il bien assuré ?

Le courtier les a tout de suite apaisés : « Vous êtes assurés en Protection Juridique D.A.S. pour votre propre véhicule. La D.A.S. est une compagnie spécialisée en la matière.

Ainsi, tous les membres de la famille cohabitant sont assurés en tant que conducteurs et/ou passagers d’un autre véhicule et ce, dans le monde entier. En ce qui concerne les frais, votre police ALL RISK Véhicules intervient dans les honoraires d’avocats et de frais de justice jusqu’à 100.000 EUR, ce qui est suffisant même pour les Etats Unis. Encore mieux, la D.A.S. dispose d’un service spécialisé pour les litiges à l’étranger composé de juristes expérimentés. »

Le courtier a déclaré aussitôt le sinistre à la D.A.S. Un dossier a été ouvert par notre service juridique ‘international’ où notre juriste Nele Cuppens a immédiatement déclaré l’accident à l’assureur ‘accidents corporels’ qui a versé les provisions d’usage. La mutuelle est également intervenue dans le remboursement de certains frais.

Afin d’obtenir la réparation complète du dommage subi par Eric, notre juriste s’est débrouillée pour faire appel à un avocat américain, spécialiste en la matière, ce qui ne fut pas chose aisée.

 

Les lourdes conséquences de l’accident

La vie d’Eric fut, vous vous en doutez, fortement perturbée par cet accident qui lui a valu de multiples séances de revalidation. Il a dû faire une croix sur son job d’étudiant qu’il comptait effectuer durant le mois d’août et il dut aussi, sur les conseils avisés du corps médical, abandonner la pratique du basketball, son sport favori.

Près d’un an après l’accident, Eric dut subir une nouvelle intervention chirurgicale pour lui retirer les broches qu’on lui avait placées avec, à nouveau, des séances pénibles de revalidation chez le kinésiste afin de retrouver une parfaite souplesse du coude et de l’épaule. Ces interventions chirurgicales lui laissèrent de surcroît une cicatrice de 27 cm que seule une intervention esthétique pouvait faire disparaître.

Sur la base des rapports médicaux faisant état de toutes ces interventions chirurgicales et autres, la date de consolidation des blessures fut déterminée ainsi que les périodes d’incapacité temporaires (5 mois). Le préjudice esthétique fut fixé à 3/7 sur l’échelle de Julin.

 

L’indemnisation

La partie adverse proposa une indemnité de $ 47.000 que nous avons contestée. En effet, le jeune âge de la victime, la gravité des blessures, l’abandon de son sport favori et la perte de son job d’étudiant sont autant d’éléments à prendre en considération pour obtenir une indemnité plus élevée. Après moultes tractations, nous sommes arrivés à obtenir $ 95.000 en faveur d’Eric.

 

Qu’en est-il des frais ?

L’habitude américaine pour les frais d’honoraires est de compter 1/3 de la somme obtenue qui est déduite immédiatement de l’indemnité.

Pour la défense d’Eric, la D.A.S. a payé :

- les frais et honoraires de l’avocat $ 31.666 ( +- 25.000 EUR )

- les frais internes de gestion : 650 EUR

- les frais d’expertise médicale : 910 EUR

 

Conclusion

Ce magnifique résultat obtenu en faveur d’Eric, il le doit grâce à son courtier et à ses conseils de souscrire à notre police « ALL RISK Véhicules » qui couvre toute la famille du souscripteur dans le monde entier, que la victime soit conductrice ou passagère de n’importe quel véhicule. Vos clients ont-ils eu l’excellente idée de souscrire une telle assurance « ALL RISK Véhicules » auprès de la D.A.S., assurance offrant une couverture mondiale et non limitée, ce qui n’est pas le cas du volet Protection juridique que l’on retrouve dans beaucoup de contrats et qui limite l’intervention aux pays repris sur la carte verte ? Nous l’espérons ! La Protection juridique de la D.A.S., l’assurance d’être soutenu en cas de besoin !

Notre dernière actualité

Restez au courant des dernières nouvelles, des conseils utiles et des tendances.

Notre collègue prend la parole: Johan De Ryck
13/11/2020 11:04
Notre collègue prend la parole: Johan De Ryck
Découvrir
Un adage à retenir : "qui paie mal, paie deux fois !"
10/11/2020 14:18
Un adage à retenir : "qui paie mal, paie deux fois !"
Découvrir
Protection juridique intégrée ou indépendante : quelle est la différence ?
06/11/2020 12:12
Protection juridique intégrée ou indépendante : quelle est la différence ?
Découvrir
Une bonne protection juridique? La police Conflits BeneFisc, élue «Meilleur du Test» et «Maître-Achat» chez Test Achats
29/10/2020 10:59
Une bonne protection juridique? La police Conflits BeneFisc, élue «Meilleur du Test» et «Maître-Achat» chez Test Achats
Découvrir